Observatoire du Dialogue
et de l'Intelligence Sociale
La raison la meilleure
devient la plus forte
?

Poursuivre dans la voie de la valorisation de l’engagement volontaireDiscours de Nicolas Sarkozy prononcé lors de la remise des Trophées du Dialogue et de l’Engagement, organisés par l'Odis au Sénat le 29/10/2003

Le colonel Vignon, Président de la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France m’a remis le manuscrit de ce rapport lors de la cérémonie de remise des Trophées du Dialogue et de l’Engagement 2003, au nom des trente partenaires de la démarche.
Le constat posé est clair : nous devons apprendre à prévenir pour ne pas avoir toujours à guérir et colmater des brèches dans l’urgence.

La sécurité ne peut venir de la seule répression. Elle est le produit d’une culture du savoir être ensemble. Bien sûr, lorsque la règle est bafouée et que la société en souffre, et c’est alors le plus souvent le plus faible qui est le perdant, il faut sanctionner. Mais cela ne peut suffire à créer un lien social adulte et équilibré. Le respect mutuel ne peut être contraint : il provient de l’envie profonde de chacun de vivre avec autrui.

La loi nous y aide mais elle n’y parviendra pas seule. C’est aux citoyens de choisir. Les partenaires qui portent cette démarche de mutualisation de leurs informations, analyses et propositions ont choisi. Il faut les en féliciter tous. Notre société a besoin de citoyens responsables qui n’agissent pas pour les honneurs mais qui se sentent investis d’un devoir d’aider sans que personne ne le leur demande. Mais la responsabilité est partagée, et si le gouvernement doit décider, il ne peut agir seul.

Construire la responsabilité collective suppose d'organiser la reconnaissance de l’apport de chacun et la participation de tous à la réflexion. En lançant l'idée de l'organisation de cette démarche Trophées, je ne m'attendais pas à ce que le mélange prenne forme aussi vite. D'aucuns voyaient dans cette initiative une opération de communication, un simple événement, ce qui aurait déjà été très bien. Mais les personnes qui ont été récompensées cette année ont résolu des problèmes, inventé des solutions avec leur seule volonté. Ce sont des exemples pour chacun de nous. J’ai lu ce qui s’est dit dans les forums locaux : les citoyens ont soif d’expression, ils font des propositions de bon sens. Tous les acteurs assumant des responsabilités le savent.

En réalité, ces actions de création de lien social sont ce qui constitue le ferment de la vie en société. Le volontariat, l’envie de vivre avec autrui, la pensée critique et constructive : voilà la base, et même l’essentiel d’une culture et d’une politique de prévention. Prévention contre l’isolement, la solitude, le rejet, l’incompréhension, mais aussi prévention de la délinquance, intégration de chacun dans la cité. C’est également cette dynamique de respect de chaque personne et de ses choix libres et éclairés qui est à la base la laïcité.

J’invite résolument tous les partenaires à poursuivre dans cette voie de la valorisation de l’engagement volontaire et du développement de la conscience des enjeux.

Il est nécessaire de montrer à tous qu’aider cela revient à s’aider soi-même, cela revient à devenir plus fort. Chacun doit savoir et contribuer à faire en sorte que donner son temps, ses idées, ce n’est pas être naïf. Faire preuve de bonne volonté sans rien demander en échange, revient trop souvent prendre le risque d’être pris pour le candide. Cela n’est pas acceptable : nous devons tous valoriser ceux qui s’engagent et agissent pour autrui. Il est temps que notre société apprenne à mettre à la lumière ceux qui aident à éclairer la situation, à identifier des solutions et à faire le bien des autres plutôt que ceux qui utilisent leurs droits au point de les considérer comme un dû sans jamais se poser la question de qui leur donne. L’irrespect parfois porté par notre société aux volontaires et aux bénévoles est un poison qui risque de les faire disparaître. Chacun de nos concitoyens doit veiller à ce que cela n’arrive pas. Ma conception personnelle du devoir m’impose de diffuser ces valeurs d’engagement et de respect de chaque personne, de respect des faits et de respect des idées de chacun.

Je tiens à remercier ici tous les finalistes, lauréats, mais aussi tous les candidats, tous les participants aux forums et tous les partenaires, militants des valeurs d’engagement et de dialogue, pour leur énergie, leurs idées, leurs analyses. Je vous donne rendez-vous l’année prochaine pour l’édition 2004 de ces trophées du dialogue et de l’engagement.

Je vous lance un appel à tous, entreprises, associations, fédérations professionnelles, ministères, parlementaires, associations, élus locaux, concitoyens : prenez votre place dans cette démarche et aidez nous à vous aider à tisser encore plus de lien social, à créer une culture de l’anticipation, à apprendre à penser de façon critique et constructive. Notre société est confrontée à trop de problèmes trop importants : personne ne détient seul les solutions. C’est tous ensemble, avec l’aide de chacun, que nous parviendrons à créer une société à la fois plus juste et plus performante.

 

                                                                                                                                                    Nicolas Sarkozy

Autres sites de publication